Faire un film, c’est avoir des surplus!

6 mois déjà  •  PAR  •  0 Commentaires

Geneviève et moi, nous travaillons présentement très fort sur le film que nous réalisons pour Canal D et qui présente, comme vous le savez, nos découvertes dans le Saint-Laurent marin. Faut dire que la date limite arrive à grands pas.  Nous devrons bientôt remettre le fruit de nos labeurs.

Durant deux ans, Geneviève et moi aurons parcouru ce grand fleuve d’un bout à l’autre afin de recueillir des images de nature à impressionner les gens.  Pour les convaincre, face à toute cette beauté, d’en prendre plus soin.  Grosso modo, c’était notre plan.

Mais un film pour Canal D, ça veut dire 43 minutes d’images seulement.  J’en avais, pour le seul sous-marin, plus de 25 heures.  C’est ainsi facile d’imaginer à quel point il y a beaucoup d’images qui passent à la trappe.

Comme mes images de fous de Bassan par exemple.

L’été dernier, on s’est rendus

à l’île Bonaventure, tout près de Percé, afin de filmer ces oiseaux impressionnants qui connaissent actuellement des temps difficiles avec le réchauffement climatique.  J’étais très content de mes images.  Mais dans le film, il n’en restera environ que 2 secondes!

Pas grave, elles sont en banque ces belles images, et elles finiront bien par me servir dans un autre projet.  Mais bon, je me dis que d’ici là il faudra au moins que je partage le plus largement possible les photos que j’ai prises alors.

Faire un film, c’est vraiment faire des choix déchirants!

Abonnez-vous pour recevoir les derniers billets

Soumettre un commentaire