Un caisson québécois!

2 années déjà  •  PAR  •  0 Commentaires

Au Québec, les conditions de plongée sont, on le sait bien, assez difficiles.  C’est enfin le cas dans le Saint-Laurent marin, là où les équipements – et bien évidemment les plongeurs aussi – sont soumis à des températures très souvent frigorifiques.

La compagnie Aquatica est consciente de cela.  C’est pourquoi elle construit des caissons qui résistent très bien au froid.  C’est en fait la seule compagnie de caisson qui se spécialise dans ces conditions-là.

Les caissons Aquatica sont en aluminium, et pensés pour résister à l’oxydation.  Les boutons sont bien disposés afin d’être facilement manipulables avec ces gros gants qui évitent au plongeur de geler des mains.

Et le plus beau de l’affaire, c’est que ces caissons sont fabriqués à Montréal, au Québec.  En fait, ils ne sont pas seulement fabriqués à Montréal; ils sont pensés, imaginés, dessinés et distribués à partir de Montréal!  Dans un contexte économique où les grosses compagnies ont tendance, plus souvent qu’autrement, à délocaliser afin de rencontrer ailleurs des conditions salariales plus favorables aux gros profits, le comportement d’Aquatica a tout pour plaire.

Hier, Geneviève et moi avons eu la chance de visiter les installations d’Aquatica à Montréal.  Nous avons pu discuter du travail accompli par cette compagnie au service des plongeurs désireux de capter les splendeurs sous-marines que l’on trouve de ci de là sur la planète.

Lors de la visite, le représentant d’Aquatica nous a expliqué qu’une option de pressurisation était disponible afin d’éviter de noyer le caisson.  On comprend aisément l’utilité de l’option en question.  La caméra qui se trouve à l’intérieur coûte beaucoup de sous. La noyer est la dernière chose qu’on souhaite voir arriver.

Les gens d’Aquatica testent en plus les caissons dans une cuve soumise à une pression équivalente à 300 pieds de profondeur.

Sur les caissons Aquatica, il est possible de fixer des trépieds, un système pour des bonnettes macro mobiles, des adaptateurs pour des lentilles macro ou des hublots pour le grand angle. On peut aussi utiliser un manche spécial pour plonger la caméra sous l’eau, à côté du bateau. Et ajouter des viseurs ou, encore mieux, un moniteur externe.  Bref, ce sont de super caissons!

L’été prochain, on veut poursuivre les tournages dans le Saint-Laurent en utilisant l’un de ces caissons.  Un caisson québécois pour capter les beautés marines dissimilées à l’intérieur de l’aorte du Québec, tout ça me semble très logique, non?

Concrètement, on lorgne du côté du caisson Aquatica pour la Sony A7Sii.  Avec lentille macro 90mm et lentille grand-angle 16-35mm.

Dès que le caisson atterrit entre mes mains, je vous fais un topo vidéo pour vous expliquer comment ça marche.

J’ai ben hâte!

Abonnez-vous pour recevoir les derniers billets

Soumettre un commentaire